Archive

Posts Tagged ‘touriste’

Tokyo Sky Tree

4 août 2013 1 commentaire

Et dire que je pensais faire cette article juste après mon retour du Japon. Ça fait maintenant 2 mois et demi et je ne m’y met que maintenant. Il faut dire qu’une fois revenu, je n’avais plus trop envie d’écrire les articles, de peur de tomber en dépression totale. Mais il faut savoir affronter la réalité, je vais donc finir les quelques articles qui étaient en attentes.

En fin de séjour, nous avons décidé d’aller à la Tokyo Sky Tree. Cette tour, depuis que je vais au Japon, je la vois en construction, à chaque fois de plus en plus haute et à chaque fois je me disais « une fois qu’elle sera finie, il faudra absolument que je monte en haut ». Et bien cette fois, elle est enfin finie, je peux monter dedans.
Il faut dire que construire une tour de 634 mètres, ça ne se fait pas en si peu de temps. Ce n’est pas un building, c’est une tour de communication, histoire d’y mettre des antennes afin d’y propager les ondes nécessaires à la bonne diffusion d’émissions d’idols dans la région de Tokyo. Tant qu’à faire une grande tour, autant en faire un truc sympa et qui pourra être utiliser à des fins touristiques. Car clairement une tour de plus de 600 mètre, on se dit que ça doit faire un bon point de vue.

Bien entendu nous ne sommes pas les seuls à avoir cette idée et c’est une queue assez impressionnantes que l’on voit. Au final ça se fait assez rapidement. De souvenir quelque chose comme 20 / 30 minutes. Il y a différentes possibilités. On peut soit y aller à l’arrache comme nous, prendre son ticket et monter directement, mais l’on peut aussi se la jouer plus prévoyant en pré-commandant son ticket.
Il est même possible de choisir à l’avance l’heure à laquelle on veut monter. Nous, nous y avons été un peu avant que la nuit ne tombe. Nous avons pu assister à la tomber de la nuit sur Tokyo, et c’était plutôt cool.

D’ailleurs je pense clairement que la nuit est le meilleur moment pour voir Tokyo depuis la Tokyo Sky Tree. Car forcement, on monte dans la tour quand il fait beau et un ciel bien bleu et dégagé en se disant qu’on aura une meilleure vue. Mais c’est oublié que l’on est dans une énorme ville et comme toute ville de nos jours, c’est méchamment pollué.
Je dois l’avouer, quand j’ai vu le paysage urbain depuis la Tokyo Sky Tree, après un premier « oooh c’est haut », j’ai été déçu. Déçu parce que, il y avait sur la ville un brouillard de pollution assez conséquent.

Tokyo

On peut voir le Tokyo Dome, avant que le brouillard nous empêche de voir plus loin

Et puis sérieux, vous pourriez nettoyer les vitres un peu mieux que ça quand même. Heureusement ça ne se voit pas vraiment sur les photos, mais à l’œil nu, ça fait pas très sérieux. Sinon il y a beaucoup de monde. Le point de vue à 350 mètres est une grande rotonde, c’est assez pratique, c’est simple, c’est ce qu’on a l’habitude de voir dans un observatoire. Il y a beaucoup de monde, et au début, on se dit qu’on ne va pas pouvoir accéder au plus proches des vitres pour observer correctement la ville. Mais c’est parce qu’on est des Parisiens, on est des gens pressé. En faite, tout se fait calmement, sans que tu t’en rende compte, le flux de gens tourne et laisse donc de la place aux nouveaux arrivant.

Paysage de polution à Tokyo

Au fond, c’est Shinjuku. Il y a des building qu’on reconnait tout de suite, dont la mairie (qui offre elle aussi un observatoire, mais gratuit)

La nuit tombe et les choses commencent à devenir vraiment intéressantes dehors. Au fur et à mesure que le soleil disparaît, la pollution disparaît elle aussi de notre vue. C’est pour ça que nous voulions venir le soir. Albatruc nous avait prévenu que ce serait le meilleur moment pour y aller.
A l’intérieur, des panneaux tactiles sont à la disposition pour voir des informations sur le paysage que l’on voit. C’est plutôt bien fait, même si il y aurait des possibilités supplémentaires a apporté pour que ce soit vraiment cool. Mais le spectacle n’est pas vraiment là, c’est dehors.

Tokyo le soir

Les premières lumières s’allument

Toutes ces lumières c’est vraiment jolie à voir. Il faut aimer les paysages urbains, je sais que tout le monde n’y est pas réceptif, mais moi j’aime beaucoup. Donc je me suis amusé à prendre plein de photo. Malheureusement, je n’ai pas de pied pour mon appareil, donc je fais comme je peux. Déjà que sur le moment ça me faisait bien chier de ne pas avoir de pied pour faire les photos comme je voulais, mais avec le recul, je me dis que j’aurais pu faire des trucs plutôt rigolo. Tant pis, c’est pas bien grave.

Tokyo de nuit

On peut voir la Tokyo Tower au loin… Il était temps de faire un truc plus imposant

C’est amusant de voir les lumières s’allumer au fur et à mesure et c’est plutôt jolie.

Tokyo de nuit

De la lumière à perte de vue … Tokyo, une ville étendue

Il faut bien retourner en bas à un moment ou à un autre. On prend le petit cliché pour se rappeler qu’on a bien été voir la Tokyo Sky Tree.

Tokyo Sky Tree

Et enfin une photo de la Tokyo Sky Tree en elle même

Au final, la Tokyo Sky Tree, c’est un truc à voir. Aller à son pied et la voir d’en bas, c’est très impressionnant, en vrai, c’est ça le plus impressionnant. Etre en bas et se rendre compte que si tu as pas un grand angle, tu peux même pas la prendre entièrement en photo. Et puis, elle a la classe. Nous on imaginerait bien des couleurs monter en tournant, ou des trucs du genre. Mais le fait qu’elle puisse s’illuminer uniformément de couleurs différentes, c’est déjà pas mal.

Publicités
Catégories :InJapan Étiquettes :

Promenade à Saitama

Bonjours les gens. Je me décide à écrire à nouveau un article. J’avais pas trop le courage ces derniers jours. Et puis il faut avouer que même si j’ai fais des trucs rigolo, comme un café d’idols ou un café Resident Evil, je n’avais rien pour illustrer l’article. Vous allez me dire que j’ai déjà fais des articles sans photo. C’est vrai mais je vous répondrais alors, que je fais ce que je veux.

Bref, aujourd’hui je suis allé me promener un peu. Il y a un petit moment de ça, Anne de Nolife avait posté une photo sur twitter avec en fond une maison champignon. Forcement une maison champignon ça a attiré mon attention, je lui ai donc demandé d’où ça venait et mis ça dans un petit coin. Un petit coin bien planqué parce que un peu plus et je ne m’en souvenais plus.
Direction le parc des Moumins. Eh … Nande ya nen ? Et bien je sais pas vraiment, j’ai du voir ça quand j’étais petit. C’est un dessin animé avec des sortes d’hippopotames à deux pattes. Genre barbapapa mais avec des hippopotames. Vous voyez un peu le délire ? Moi non plus…
Mais merde quoi, il y a des maisons champignons, ça vaut forcement le détour.

Donc Bushi, c’est la station où je me suis arrêté. C’est à 1h de Tokyo. De là je devais marché pour arriver au parc. Mais genre juste 15min. C’est fini les marches de l’infini. En arrivant dans le coin, je vois que c’est plein de terrain de sport partout. Je me disais que ça devait être la ville des sportifs.
Je rentre dans le parc et BAM la maison champignon d’entré de jeu. Comme ça, sans prévenir.

Maison Champignon

Maison Champignon

C’est plutôt cool. On est dimanche, donc les mamans ont sorties les gremlins. Ca bouge un peu partout, il suffit de les imaginer en hippopotame et le tour est joué, on se croirait aux pays des Moumins. Ca me fait marrer, parce que en faite, je sais pas d’où viens le nom de ce parc étant donné que l’on en voit nul par des Moumins. Par contre des trucs tous bizarres on en voit. Genre une crotte géante qui sert de pont. Non mais pourquoi s’étonner, on est au Japon, tous est normal. Ca n’a pas l’air de dérangé les gens de passer dans un caca pour passer de l’autre côté du ruisseau.

Pont crotte

Pont crotte

D’ailleurs on pouvait aller à la source du ruisseau. C’était assez jolie toussa.

Source du ruisseau

Source du ruisseau

De là j’ai vu qu’il y avait un chemin qui montait dans la forêt. Mais quand je dis monter, c’était limite de l’escalade. Si les premières marches étaient raisonnables, c’était pour mieux prendre aux pièges le randonneur. Car à partir de la moitié de l’ascension, les marches m’arrivaient aux genoux et ça s’enchainait sévèrement. Une fois arrivé en haut, je vois deux seniors qui prennait leur pose bien mérité sur des bancs prévus à cet effet. Ils étaient éclatés les pauvres. Et là je fais mon bonhomme, genre je dis un konnichiwa et continue mon chemin comme si de rien n’était.
Pour de vrai, j’aurais bien reposé mes cuisses 15 secondes, mais je devais montrer l’exemple.

La photo ne rend pas la verticalité de la chose

La photo ne rend pas la verticalité de la chose

Après ça je continue en faisant des choix de chemin assez peu conventionnels. Au fur et à mesure que je m’enfonce dans la forêt je croise des choses étranges. Des sortes de petites bestioles en bois qui tentent de jouer de la musique.
C’est plutôt mignon, mais ça me fait aussi super flippé. Pourquoi c’est là ? Je veux dire, il doit y avoir 15 personnes dans l’année qui prennent ce chemin, alors pourquoi il y a ces bestioles. Et puis en plus elles sont même pas pleines de mousse ou bien avec du bois pourri. Non, elles sont toutes propres comme il faut. Je m’attends à n’importe quel instant à ce qu’elles me suivent dans ma randonné de façon ultra flippante.

Tu me fais peur avec ta trompette

Tu me fais peur avec ta trompette

Toi aussi, tu me rassure pas beaucoup plus

Toi aussi, tu me rassure pas beaucoup plus

Ca aurait pu s’arrêter là, mais non. Lorsque je vois une grande table au milieu de nul part pour y faire un petit arrêt pour boire un coup et grignotter un bout, je vois un hiboux. Un hiboux sans aile posé sur la table, comme si on devait lui donner quelque chose pour avoir le droit de s’assoir à sa table. Mais, non. Je te filerais rien. Et puis merde, tu as même pas d’aile, tu trouves pas que tu fais flipper toi aussi ? Laissez moi tranquille, j’ai rien fais, allez manger le cerveau de quelqu’un d’autre.

T'aura rien à manger, Hiboux bizarre

T’aura rien à manger, Hiboux bizarre

 Je reprends ma route en laissant les habitants étranges de la forêt derrière moi. Mais plus j’avance sur ces chemins, plus mes choix de route semblent douteux.

Le chemin est large et bien dégagé

Le chemin est large et bien dégagé

Le chemin devient étroit et fortement glissant

Le chemin devient étroit et fortement glissant

Le chemin... où il est passé ?

Le chemin… où il est passé ?

Je continue jusqu’au moment où l’herbe m’arrive jusqu’aux genoux. Je commence alors à me dire qu’il serait pas mal de trouver un chemin alternatif. Et au moment où je me dis ça, je vois les herbes bouger… Hum, les habitants de la forêt m’ont suivi jusqu’ici ? Oui et non. Oui car c’est un habitant de la forêt et non parce que c’est un autre habitant. Un habitant de type rampant. Un serpent.
Là je me souviens qu’il y avait des pancartes près de la maison champignon, avec un serpent et un autre type de bestiole disant qu’il fallait faire attention de pas trop s’éloigner des chemins parce qu’il y en avait. Je confirme.
Je me dis que ce serait pas cool de le déranger plus que ça, je décide que c’est le signe qu’il faut vraiment trouver un autre chemin. Je continue alors en direction de quelque chose qui ressemble un peu plus à un chemin.

Résultat, je me retrouve carrément de l’autre côté de la forêt. Je déboule sur une route de montagne façon Initial D n’importe comment. Bon je vais pas faire une boucle et revenir à mon point de départ tout compte fait. Je change de plan et me dirige vers la rivière qui traverse la ville. En descendant la route je croise une multitude de voitures sportives et bien souvent modifiées. Je crois vraiment que la nuit cette route doit être utilisé par ces mêmes voitures mais à des vitesses bien différentes.

Lorsque j’arrive à la rivière je vois que ce que j’avais vu au début, à savoir les terrains de sport, s’étend sur toutes les berges de cette rivières. Et le pire dans tous ça, c’est qu’ils sont tous utilisés. Un terrain de baseball utilisé pour la rencontre des équipes du troisième âge. Le terrain de foot qui accueil un match de football inter collège. Deux autres terrains de foot utilisés pour l’entrainement de collégiens. Des terrains de tennis à foisons.

Les jeunes qui s'entrainent

Les jeunes qui s’entrainent

J’ai fais une petite pause pour regarder le match de baseball de deux équipes d’étudiants. Le niveau ne semblait pas vraiment égale. Sur un seul jeu, l’une des équipes à mis 4 points. C’était assez violent, mais il y avait des actions vraiment sympa.

Basebaaaaaall

Basebaaaaaall

C’était vraiment sympa cette petite promenade. Pas déçu du déplacement, même si je comprends pas pourquoi ça s’appel le parc des moumins.

Catégories :InJapan Étiquettes : ,

Hazumisaki

Bonjour les gens. Aujourd’hui c’est ma journée de repos. Je ne fais rien. Enfin si je fais des lessives, je me repose et je fais des trucs sans rapport avec le Japon. En fond sonore je met du youtube random SKE48 pour me donner un peu de courage à faire toutes ces choses peu distrayantes. J’aurais pu tomber sur le PV de Hazumisaki, mais ce n’est pas le cas, tant pis je fais la transition quand même, comme si de rien n’était.

Donc Hazumisaki, c’est un titre de chanson, mais c’est aussi un endroit au Japon. J’avais envi de faire une excursion et il me fallait un lieu. Mais je voulais pas un but du type « voir le temple machin », « le truc qu’il faut voir absolument sinon ton voyage n’a aucun sens ». Mon voyage n’a aucun sens, et j’en suis bien satisfait ainsi. Quoi qu’il en soit je devais trouver un truc.
J’ouvre Google map et je vois dans mes cartes, que j’avais pointé Hazumisaki, l’endroit où a été tourné un PV des SKE48, et dans le PV ça avait l’air sympatique. Tout du moins ça ressemblait à la mer. Pas la mer façon baie de Tokyo, Yokohama ou je ne sais quelle ville près de la mer. Non ça faisait petit port un peu éloigné de la vie bruyante.
Ma destination est choisie. Je regarde comment y aller et je vois que le train n’y va pas. Ca me conforte dans l’idée que je dois y aller. J’avais donc plus ou moins prévu d’y aller, sans vraiment mettre de date ni regarder plus que ça les moyens pour y parvenir (ligne de train, direction, bus).
Je me lève de bonne heure (en faite je n’arrivais plus à dormir) et je prend le Shinkansen de 7h pour Nagoya. 2h plus tard je suis à Nagoya. Je prend la meitetsu line en direction de Utsumi. C’est ce qui semblait le plus proche de ma destination final. Au fur et à mesure du trajet, le train se vide de plus en plus. Une fois arrivé à Fuki, une station où la ligne se sépare en deux, la quasi totalité des gens qui restaient dans le train s’en vont. Nous sommes deux dans le wagon. Tout va bien. Quand le train arrive à Utsumi, le terminus, nous sommes 5 à descendre du train.
Je suis rassuré, c’est bien le trou du cul du monde civilisé. Mais ma route ne s’arrête pas là, sinon ce serait bien trop facile. Nous sommes proches de la mer, je décide donc d’y aller et de la longer pour arriver à Hazumisaki. J’avais cru me souvenir qu’il fallait 2h de marche.
Lorsque j’arrive à la mer, je découvre … un vent à arracher la culotte d’une idol. Au final ça fait de jolie vague, c’est sympa aussi, mais bon, je suis quand même bien content quand ça se met à se calmer un peu. Et là c’est partie pour l’aventure, pour la marche … interminable.

Le bus des SKE48 a bien changé

Le bus des SKE48 a bien changé

Au début, j’étais tout joyeux. Je faisais des petits détours quand je voyais quelque chose qui pouvait sembler intéressant. Un mini temple perdu dans la mini montagne, une tori perdu sur le bord de mer… C’était cool.
Mais à un moment je me dis que j’ai beaucoup marché et j’aimerais savoir où j’en suis. Et là le miracle de la technologie apparait. Je n’ai pas de réseau internet, mais je lance Google map sur mon téléphone et là je vois que l’application avait mis en mémoire la carte concernant tout le sud de Aichi. Un petit coup de géolocalisation et un point m’indique où je suis sur la carte. Je suis agréablement surpris de voir que ça fonctionne, je suis moins agréablement surpris quand je vois que je ne suis qu’à mis parcours.

Tori perdu

Tori perdu

Chemin pour aller au temple dans la mini montagne

Chemin pour aller au temple dans la mini montagne

Un poisson, normal, on est à la mer

Un poisson, normal, on est à la mer

J’ai un petit coup au moral. D’autant que le coin que je traverse à ce moment là, ressemble à un port de pêche à moitié à l’abandon. Bref, quand le moral n’y est pas, tout vous semble nul de toute façon. Je décide donc de faire moins de détour et d’aller droit au but. Ce qui je pense aura été une bonne décision, car il n’y avait pas grand chose à voir sur la suite du parcours.
Je vois enfin ma destination visuellement au loin. Un regain d’énergie se fait sentir.
Sur le même moment, je croise un groupe de jeunes en train de faire une randonné. Ca ressemblait à une classe de lycée avec quelques profs ou accompagnateurs par ci par là. C’était marrant. Il y avait le groupe des coureurs, le groupe de joyeux lurons, le groupe des glandeurs, le groupe des copines, le solitaire, le groupe des 1er de la classe… Chaque groupe m’a salué à leur façon, toujours différentes, un simple Konnichiwa, un « Oooosh », un tapage de main, un début de conversation… J’avais l’impression de croiser la classe de Great Teacher Onizuka. Ca m’a beaucoup amusé.

Et là, j’arrive. Je continue un peu au pif en me disant que je trouverais bien ce que je trouve. Je vois des escalier aller dans une petite foret, je m’y engouffre.

J'ai attendu de voir Rina... Mais rien

J’ai attendu de voir Rina… Mais rien

Chemin pour aller au point d'observation

Chemin pour aller au point d’observation

Il faut passer devant en courant, sinon ça le fait pas

Il faut passer devant en courant, sinon ça le fait pas

On y est presque

On y est presque

C'est là

C’est là

En soit je ne suis pas ébloui par le paysage. C’est la mer. Mais je suis content d’être là quand même, j’apprécie.
Après un petit moment à penser à plein de chose, je m’en vais pour aller chercher de quoi manger. Et là je me rend compte que l’on est pas en été. C’est assez mort. En faite je ne suis pas vraiment certains qu’en été ça soit réellement plus vivant. Les petits restaurants ou truc à emporté, ne sont pas super mis en avant. C’est tristounet.

La mer c'est bleu et ça mouille

La mer c’est bleu et ça mouille

Je vois ensuite le point d’embarquement pour aller soit sur les petites îles soit pour aller de l’autre côté vers Atsumi. Enfin, pour les îles j’avais compris, pour Atsumi, je savais pas trop à quoi ça correspondait à ce moment là. Je ne vois pas trop de temps de trajet, les bateaux ne sont pas si fréquent que ça et il est 15h. Je sens le gros fail arriver. J’aimerais bien y aller, mais je ne sais pas laquelle a été utilisé pour les scènes de plage, Himakajima ou Shinojima. Je suis pris dans le doute et au final décide de ne pas y aller à cause des problèmes d’horaires.
Je reste un peu dans le port. Je vois une avancé dans l’eau et je crois me souvenir d’une scène sur cette avancé. Je décide d’aller y jeter un coup d’œil.
C’est assez étroit et le vent s’était remi à bien souffler violament. Lorsque j’avance je me fais emporter par deux fois par le vent et je fais des pas de côté… Sauf que comme je dis c’est pas très large. Je voyais d’un côté l’eau et de l’autre des blocs de bétons casseur de vague. Je n’avais envi de tomber ni d’un côté, ni de l’autre.
Une fois arrivé un peu moins de mi parcours, j’ai mis mes twintails, enfilé un costume de maid et j’ai baissé ma culotte en faisant demi tour. Je me suis senti humilié. Le vent a coupé mes envies de libertés.

Je te retiens toi

Je te retiens toi

Je me décide enfin à rentrer. Et là je vois le bus qui attend devant la zone d’embarquement des bateaux. Je demande au conducteur qui attend devant où il va. Il va a la station de Kowa. C’est l’autre branche de la ligne de train que j’avais pris le matin. Il me dit que c’est 300 yens. Il m’a fallut un peu moins d’un dixième de seconde pour prendre la décision de retourner en bus plutôt que de me retaper plus de 2h de marche.
Les bus sont toujours aussi ridicule. Non mais pour de vrai, les bus me font pitié ici. Y’a pas de place, c’est mal agencé. Je parle de tous les bus du Japon, qu’on soit bien d’accord. Non mais Renault ou je sais pas quoi devrait tenter quelque chose. Il n’y a pas photo, nos bus sont bien meilleurs. Il faudra juste qu’ils pensent à rajouter la climatisation.

C'était plutôt jolie en général

C’était plutôt jolie en général

Quoi qu’il en soit, le trajet de retour se fait sans encombre.
Au final je regrette un peu d’avoir fait le voyage aller à pied et non en bus. Je n’aurais pas vu les petites choses que j’ai vu en route, mais j’aurais gagné du temps et j’aurais pu aller sur l’une des iles, ce qui aurait pu être plus intéressant je pense.

Carte :

Catégories :InJapan Étiquettes :

Gundam

Bonjour les gens. L’autre fois j’ai été piqueniquer et j’ai fais du karaoke. Il fallait maintenant que je test de visiter un lieu et d’aller manger avec un groupe de gens, pour voir ce que ça faisait.
Dans cette optique de savoir, j’ai d’abord rejoins un groupe de personnes qui allait à Odaiba pour principalement aller voir le Gundam grandeur nature. Il faut dire que ça tombait bien car je ne l’avais jamais vu. Entre les fois où il a été démonté, déplacé ou je sais pas trop quoi encore, au final je n’ai jamais eu l’occasion de le voir.
On se lance donc à l’aventure. Pour la moitier des gens, c’était la première fois qu’ils allaient voir Odaiba.
Odaiba, c’est grand, c’est dégagé, c’est propre, mais au final c’est un peu vide. L’intérêt de la chose c’est de prendre le train et de traverser le pont, d’aller à la statue de la liberté et de voir tokyo de la baie. Après ça vous allez voir le gundam, si vous êtes courageux vous aller faire un tour de grande roue pour faire comme dans les animes.
Si vous y venez en été, alors c’est tout autre chose, il y a un mini parc d’attraction, des events tous les jours. Bref, c’est beaucoup plus vivant. Mais nous sommes en Mai, donc rien de tous ça. Nous allons juste faire nos touristes et aller voir les différents éléments cités plus haut.
Enfin sauf la grand roue, parce que dans les grandes roues, on ne peut y monter seulement accompagné d’une étudiante. Enfin, c’était pas marqué, mais d’habitude quand les gens entres dans une grande roue dans un anime ou un drama, c’est toujours comme ça que ça se passe.

La grande roue d'Odaiba

La grande roue d’Odaiba

En dépit de tout ça, c’est le moment de se diriger vers le Gundam. On le voit dépasser au loin. En même temps, un mecha géant c’est pas très discret surtout avec des couleurs aussi flashy. C’est vraiment un truc que j’ai jamais compris. C’est sencé être des armes de guerre. On s’attend à les voir en vert, marron. Bref les couleurs cammouflage. Et bien non. C’est blanc, bleu, jaune, rouge. Ils brillent de partout.
Bon après on va me dire que pour certains ce sont des prototypes donc on pourrait comprendre. C’est vrai au final les Zaku, ont tendance à être vert… Sauf quand ils sont utilisé à des fin de promotions pour une idol quand elle va remonter le moral des troupes armées, mais ça c’est une autre histoire.
Quoi qu’il en soit, une fois arrivé devant, je dois dire que je l’ai trouvé classe. Le RX78-2 n’est pas vraiment mon gundam préféré. A côté d’un Freedom, il fait pale figurine de mon point de vue. Mais c’est le gundam historique. C’est tout à fait normal que ce soit celui là qui soit représenté.

Gundam grandeur nature

Gundam grandeur nature

Certains s’attendaient à un mecha beaucoup plus grand. Mais, ils ont toujours les yeux plus grand que le ventre. Même si la taille peut varier selon les modèles et qu’on a vu certains modèles atteindre des tailles assez phénoménales, le modèle de base est de la taille d’un immeuble.
Une fois que l’on a bien regardé le gundam, on attend qu’une seule chose, c’est qu’il se mette à bouger. Et bien c’est le cas toutes les heures.
Malheureusement c’est là que l’on voit que la fiction et la réalité sont assez éloigné. C’est très décevant. Il ne fait que bouger la tête, fait de la fumer et des lumières comme s’il s’activait pour de vrai. Mais c’est passablement ridicule en faite. J’aurais aimé trouver ça super cool, mais non. Le jour où il se mettra au moins à marcher, là je reverrais mon jugement.
Derrière on a la voix des pilotes principaux dans les différentes série de gundam, crier l’activation de leur gundam. Et c’est là que tout devient incohérent. Non ce n’est pas le Striker, non ce n’est pas le Freedom, non ce n’est pas non plus l’Unicorn. Alors pourquoi ? Pourquoi vous dites ça ?

Les Gundams n'ont pas de culotte

Les Gundams n’ont pas de culotte

Une fois le gundam examiné sous toutes les coutures, on continue notre petit tour jusqu’au moment où l’on se dit que Odaiba c’est bien, mais quand on a fait le tour et qu’il n’y a plus rien à y faire, autant aller ailleurs. On se dirige donc vers Shinjuku dans l’espoir de boire un coup et ensuite d’aller manger au fameux restaurant dont nous parles Eva depuis des jours.
C’est à ce moment là que le fait d’avoir des compagnons devient nul. En faite au fur et à mesure des gens nous on rejoint, plus on est de fou plus on rit certains diront. A Tokyo on pourrait aussi dire plus on est de fou, moins on a de place. Je ne sais pas qui à cru une seule seconde que l’on trouverait une place pour tenir tous ensemble. Bref, je n’expliquerais pas plus en détail ce foirage total, car il ne me concerne pas (oui je ne me moque que de mes propres échecs). Au final nous décidons d’aller manger directement, même s’il est un peu tôt. Et c’est là qu’on découvre que le restaurant en question est définitivement fermé. Double Fail.
C’est à ce moment là que notre compagnon japonaise trouve un restaurant d’Okonomiyaki ambiance « japon du japon ».
On enlève nos chaussures, assis en tailleurs sur les tatamis, les plaques chauffantes offres le sauna gratuit. Il n’y a plus qu’à se faire sa petite popote tout en perdant petit à petit l’impression d’avoir des jambes.

"Eh tu contamines mon Okonomiyaki" : Albatruc ne plaisante pas avec la nourriture

« Eh tu contamines mon Okonomiyaki » : Albatruc ne plaisante pas avec la nourriture

J’ai vraiment creuvé de chaud pendant le repas. On était contre le mur et la chaleur s’accumulait. C’était une expériences amusante. C’était d’autant plus amusant que j’étais à la table des noobs de l’Okonomiyaki, on m’a donc improvisé Okonomiyaki sensei ou senpai de l’Okonomiyaki, c’est comme vous préférez. Et ce qui est beau, c’est que j’ai grave assuré. J’étais le premier étonné.

Après ça c’était l’heure de se dispatcher aux quatres coins de Tokyo.
Avoir des compagnons d’aventure c’est nul. Je préfère aller me promener tous seul dans le trou du cul du monde… mais ça, ça sera pour le prochain article.

Catégories :InJapan Étiquettes :

Journées de sociabilisation

Bonjour les gens. Ca fait un petit moment que je n’ai pas mis de message. Juste deux jours en faite, j’ai l’impression de vous avoir beaucoup plus laisser à l’abandon que ça.
Quoi qu’il en soit, aujourd’hui on arrête les conneries d’idols inutiles. Aujourd’hui on fait semblant d’avoir des amis. C’est un truc que j’ai toujours voulu essayer. Donc ces deux derniers jours, je me suis incrustré dans un groupe de gens.
Durant la première journée nous avons pique-niqué. Mais nous n’avons pas trouvé de bâche pour aller sur l’herbe pour faire à la japonaise. Vu qu’il y avait eu de la pluie durant la nuit, l’herbe était encore légèrement humide, nous avons donc décidé de pique-niquer sur des bancs et des tables. Comme des gens civilisés en faite. Mais lorsque l’on a commencé à s’assoir, on a rapidement remarqué que des fourmis y avaient élu domicile. On a plutôt été voir sur les bancs à l’abris d’un toit invisible.

Pique Nique et tralala

SDF Powa

Pendant que l’on mangeait les jeunes faisaient semblant d’être plein de vie, de bonheur et d’espoir. Mais on sait bien que le Japon est sur le déclin. Lorsque les mutants à tentacules auront inséminé toutes personnes présentes sur l’archipel, il n’y aura plus moyen de croire en l’avenir. Mais pour l’instant, on fait semblant que tout cela n’arrivera pas et on s’entraine au baseball, ou bien on se prend pour les personnages de One Piece.

Entrainement Baseball

Ca joue à la passe de Baseball

One Piece on y croit

One Piece o/

Histoire de bien prouver à tout le monde que l’avenir ne sera pas rose, il s’est mis à pleuvoir. On a alors décidé d’aller s’abriter dans un karaoke. Parce que c’est bien connu, quand il pleut, les gens vont au karaoke.
Les karaoke au Japon c’est très différent de ce que l’on pratique chez nous. Par chez nous, on a plutôt tendance à aller dans une sorte de pub avec une petite scène, on demande au « DJ » les chansons que l’on voudrait chanter. Tous les autres gens qui sont dans le pub, font la même chose. Ce qui fait que sur la soirée, on chante 4 chansons à tout casser. Pour les gens un peu timide, c’est aussi très délicat, car nous ne sommes pas à l’abris des regards moqueurs d’inconnus. Ca peut aussi être valorisant pour ceux qui aime monter sur scène.
Ca a des avantages et beaucoup d’inconvénients.
Au Japon c’est très différent. Vous arrivez dans un bâtiment à l’accueil, vous dites combien de personnes vous êtes et combien de temps vous compter rester. A ce moment là on vous assigne une salle. Une salle privée où vous serez seul avec vos amis. Une fois dans la pièce vous avez un interphone si vous voulez commander des boissons ou de la nourriture. Salle climatisée à votre convenance, et une machine karaoké dernier cri, pilotable par des tablettes tactiles avec un choix de chanson qui se compte en dizaine de millier.
Pendant que l’on chante, les autres peuvent soient le supporté, soit prendre un peu de temps pour choisir les prochaines chansons qui défileront.

Je chante quoi après ?

Je chante quoi après ?

On a plus tendance à se lâcher. Et c’est dans ces moments là que des véritables stars font leurs apparitions. Des choses que l’on ne verra nul par ailleurs, des choses à la limite du réel. Bref, c’est dans ces petites chambres à l’abris des yeux et des oreilles que l’on s’amuse.

Your attention please, Passpo desu

Your attention please, Passpo desu

Je pense que la performance que l’on a effectué sur CHALA Head CHALA (générique de Dragon Ball) restera ancré dans les mémoires des gens présents à tout jamais. Ils se souviendront de ce qu’est un duo, un vrai. Avec Albatruc on se serait fait engager direct chez les Johnny’s si un producteur avait été présent.
Les filles auraient jeté leurs culottes sur scène, nous serions devenu riches. Malheureusement, ça restera juste une performance inconnu du grand publique. Un trésor caché et perdu à tout jamais.

Je préfère largement le système de karaoke japonais qui nous laisse bien plus libre de ce que l’on fait que dans un pub. Le système permet aussi une notation automatique ou bien des jeux où vos amis donnent des points et un calcul final est effectué pour connaitre qui a eu le plus de point. Vous faites ce que vous voulez.

C’est à ce moment là que je vous parle de ma journée suivante, mais ça attendra le prochain article.

Catégories :InJapan Étiquettes :

Osaka Musume

28 avril 2013 6 commentaires

Bonjour les gens, encore une fois c’est moi. En même temps, ça pourrait paraitre logique vu que c’est un peu mon blog. quoi qu’il en soit, voici un petit article concernant le petit tour que j’ai été faire à Osaka.
Il va y avoir deux parties: tout d’abord, celle concernant Osaka et ensuite une autre partie concernant les concerts de Morning Musume. Il faut bien distinguer, parce que même si les deux sont de la merde, il faut faire la distinction quand même.

Parlons déjà d’Osaka. Cette ville ne m’aime pas et en retour, j’ai décidé de ne pas l’aimer. Ou bien ce serait l’inverse ?
Quoi qu’il en soit, on s’est perdu à Osaka. Mais attendez avant de rire, on s’est perdu, AVEC un GPS. Voilà maintenant vous pouvez rire. Une véritable volonté d’humiliation. J’avais tellement envi de rentrer  à l’hôtel pour dormir, mais non cette ville en avait décidé autrement et rajoutait des routes par ci, par là. Mais avant ça, elle avait déjà décidé de me brûler le palet, parce qu’elle trouvait que j’étais trop gourmand.
C’était pas de la gourmandise, j’avais juste faim. Et puis la faute à cette ville si j’avais faim. Tu va dans Namba pour voir un peu à quoi ça ressemble et pour y manger un coup, mais tout ce que tu y trouves, ce sont des poufs de partout, des rabatteurs, des files d’attentes devant les restaurants et du vomi aux coins de rue…
Non mais je veux manger, sans qu’on essaye de m’amener je sais pas où, sans qu’on me vomisse dessus.
Bon j’étais peut être fatigué et pas forcement en communion avec la ville, mais j’ai pas aimé Namba. Je sais pas ça me donne une impression de « Barbesse x Clignancourt featuring Chatelet » transposé au Japon.
Le canal est jolie, enfin ça fait cool. J’aurais pu prendre une photo si j’avais pris l’appareil photo …
Je pense que je redonnerais sa chance une prochaine fois à cette ville et j’irais y faire mon touriste. Je pourrais alors ramener des preuves que cette ville c’est le mal.

Passons maintenant aux Morning Musume.
Les Morning Musume, ce groupe has been en perdition que seul les fans les plus fidèles continuaient de suivre. Mais ça c’était avant. Avant que les vieilles commencent à se barrer et laisse enfin la place à la nouvelle génération. Nouvelle génération qui redonne un peu de tonus à ce groupe et surtout (pour le porte monnaie de Tsunku) plus de popularité.
J’en profite pour chier dans la bouche de tous ceux qui affirment que les Morning Musume c’était mieux avant et que tous les singles qui sortent ces derniers temps sont nulles. Le début de concert était un enchainement des derniers titres en date et c’était bon, c’était excellent. Alors oui, je suis un faux wota, oui je ne suis même pas un fan, mais j’aime les derniers singles. Et lorsqu’ils sont en live, c’est encore mieux.
Ensuite deuxième point Ayumi est très bien. Pour les autres, je peux pas vraiment dire, je n’arrivais pas vraiment à me concentrer sur quelqu’un d’autre que Ayumi. Je peux quand même dire que Masaki est nulle à chier et que Kanon est toujours aussi mauvaise qu’avant. Je pourrais aussi dire que Sakura ne m’a pas convaincu. Le reste c’est raisonnable.

Momusu - Brainstorming
Sinon, pas longtemps avant d’aller voir les Morning Musume, j’ai appris totalement par hasard le mot « toketsu » 吐血. Je crois que le destin m’a fait connaitre cette expression pour le deuxième solo de Reina. J’ai toketsu en abondance. D’ailleurs une autre chose qui avait tendance à me faire vomir du sang, c’était quand pour le deuxième concert, j’ai sorti le glowstick bleu que m’avait prêté Eva. Là, les gens à côté de moi ont commencé à croire que j’étais fan de Reina.
Mecs, quand j’éteins le glowstick pour le solo de Reina et que je met mes mains dans les poches, ça vous fixes mieux sur mon oshi ?
Ca m’amène sur un autre point. Les fans. C’est triste de voir ce qu’ils sont devenus. Ils sont bariolés de toutes les couleurs correspondant aux membres. Avant les gars ils avaient une couleur pour montrer qu’il supportait une membre, maintenant ce sont des arcs en ciel. Je sais pas moi, il faut savoir faire un choix dans la vie. Arrêtes d’avoir 3 sticks de couleurs différentes, un t-shirt d’une membre et la towel d’une autre. Mais on dirait que ça dérange pas beaucoup de monde. Ma façon de penser doit être démodée.
Heureusement on peut encore en croiser des comme avant. J’avais un lapin juste devant moi, c’était un jeune, mais il supportait Sayumi à l’ancienne. Ca faisait plaisir à voir.
Je vais juste dire pour résumé que les Morning Musume c’était pas mieux avant.

Catégories :InJapan Étiquettes : , , ,

Nagoya semi visite

Vue que le Shinkansen ça me manquait, aujourd’hui je l’ai pris.
Alba savait pas trop quoi faire et quand il m’a vue partir, il s’est dit que je devais avoir un plan. Un truc bien construit et plein de sens…
Une fois dans le Shinkansen, il s’est rendu compte de son erreur.
Ben oui, je vais à Nagoya et tout le monde sait bien que en dehors des SKE48, il y a rien à voir à Nagoya.

Bref on arrive à Nagoya après 2h de discussions plus intelligentes les unes que les autres. On se dirige en toute logique vers le Sakae Sunshine pour montrer le centre du monde à Albatruc.
Comme on avait du temps devant nous, on décide de monter en haut de la Nagoya tower.
C’est une simple tour de radio genre Tokyo tower ou la tour Eiffel mais en format miniature. Elle culmine seulement à 180 mètres et la plate-forme d’observation est à 135 mètres.
Ça reste bien suffisant pour observer Nagoya. Les building n’y sont pas si haut que ça.
Bien sympa d’autant qu’on peut monter encore un petit étage pour être à l’extérieur et apprécier le vent frais.

En redescendant dans l’ascenseur, je vois les escaliers et prend conscience de la douleur qu’à du ressentir l’animateur dans Kono hen traveller.

Bon c’est pas tout ça, mais il est temps de retourner au Sunshine Sakae et de se mettre dans la queue.
Je vais me placer dans la queue en laissant Albatruc dans une position précaire ne sachant pas si il va rentrer ou non. Tout dépend de lui.
Moi je suis bien content, pour une fois que je suis tout devant.
Dans la salle je me retrouve en rang 5 derrières les places réserver aux filles. Avec les petits gabaris, je suis sûr qu’elles ne me gênerons pas au moins.
Rang 5 ça commence à être bien puissant. On peut avoir du eyes contact avec les filles sur scène.

Bref le stage se passe et c’est encore une fois surpuissant.
Kanon n’a pas arrêté de me regarder.
Nakamurakun m’a fait le regard de tueur. J’ai eu trop peur. Elle aime pas quand tu arrêtes de la regarder alors qu’elle est en train de te sourire … Promis je recommencerais plus (mais il y avait Kyoka à coté de toi aussi T_T )
Madoka m’aime et Minami veut devenir ma maitresse.
Tout va bien.
J’ai encore fait peur à mes voisins en criant pour Kaori (j’ai l’impression qu’il ne s’attendent pas à entendre du soutient pour les Kenkyuusei).
Est ce utile de dire que j’avais des frissons pour certaines chansons ? Ce stage est une tuerie intergalactique.
J’ai décidé pour les chansons de groupe de faire confiance à la chorégraphie et de ne regarder que devant moi.
C’est grâce à ça que Nakamura et Kanon ont cru que je les aimais (et donc maintenant elles m’aiment, logique).

Le coucou d’adieu m’a semblé plus rapide mais en même temps plus intense. Non mais sérieusement je suis persuadé que Madoka voulait me sauter dans les bras !

Après ça on a été se promener. On a voulu aller voir le château de Nagoya … Mais le truc drôle c’est que ce sont des fonctionnaires. Genre le château il ferme à 16h30. Oué mais non, trop tard. Alors on va se promener dans le parc à coté.
Le parc aurait pu être jolie, il y avait plein de chose sympa, mais il était pas super entretenu. Dommage.
Ensuite on a été voir le planétarium, parce que c’est le dernier truc que je connais là bas -_-

C’était rigolo.

20110823-105709.jpg

20110823-105720.jpg

Catégories :InJapan Étiquettes : , , ,